Vous souhaitez vous inscrire à notre blog ?

Point de vue de matou : être un chat indépendant !

Miaou ! Certaines personnes pensent que nous autres chats sommes plutôt réservés et pas franchement sympathiques, j’aimerais mettre les choses au clair ! Nous ne sommes pas réservés, nous sommes juste indépendants !

N’oubliez pas que nos ancêtres vivaient à l’état sauvage et disposaient de leurs propres territoires, qu’ils arpentaient depuis leurs refuges dans les arbres. Ils connaissaient les meilleurs endroits pour se reposer à l’abri, ainsi que pour épier leurs proies avant de les chasser. Lorsque les territoires étaient vastes, il y avait de la place pour d’autres chats ainsi que pour leurs chatons. Tout allait bien tant que chaque famille avait son abri et ses propres ressources. Nos ancêtres marquaient aussi leurs territoires, comme nous le faisons toujours entre chats domestiques !

Nous tenons à notre indépendance !

Nous sommes d'avis que les humains devraient prendre certaines choses en considération afin de garantir notre indépendance.

1. Nous ne sommes pas partageurs !

Comme je l’ai précisé tout à l’heure, nous avons besoin d’avoir nos propres ressources. Nous n’apprécions guère partager nos couchages, nos gamelles, nos griffoirs et encore moins nos litières ! Assurez-vous donc que les chats que vous hébergez bénéficient tous d’équipements individuels et facilement accessibles. Entre chats, nous saurons nous les attribuer, car nous marquons chaque objet nous appartenant.

les chats ne sont pas des animaux partageurs

2. Nous pouvons nous entendre avec les chiens !

Contrairement à une idée répandue, nous pouvons nous entendre avec d’autres espèces animales, les chiens par exemple ! Les chiens dépendent de leurs maîtres humains et ne sont pas aussi indépendants que nous les félins, mais tant qu’ils ne nous coursent pas nous pouvons tout à fait sympathiser. Mes propriétaires ont lu l’article « Comment faire cohabiter chat et chien en paix » et ils ont fait du bon travail ! Cela a pris un peu de temps, mais nous sommes tous les deux à l’aise dans la même pièce désormais. Le clébard me renifle parfois en passant, mais s’il s’approche de trop sans que je l’y autorise, un coup de patte sur la truffe suffit à lui faire comprendre le message !

3. Nous ne partageons pas nos sentiments !

Ce n’est pas parce que nous n’aboyons pas ou que nous n’agitons pas nos queues lorsque vous rentrez du travail que nous ne sommes pas heureux de vous voir. Causer tout ce remue-ménage n’est pas inscrit dans nos gènes. Cela dit, si nous nous frottons à vos jambes ou que nous clignons lentement des yeux, c’est bon signe. Nous aimons aussi jouer régulièrement ou encore nous pelotonner sur vos genoux le soir.

4. Nous aimons jouer, à notre manière !

Nous aimons jouer avec nos propriétaires, poursuivre un jouet duveteux au bout d’une ficelle ou encore chercher comment extraire la nourriture d’un puzzle alimentaire. Ce comportement nous vient certainement de nos ancêtres qui étaient particulièrement doués pour poursuivre et attraper leurs proies, par contre nous savons quand nous en avons assez, donc ne vous étonnez pas si vous nous voyez filer vers un point surélevé. Nous jouons à notre manière, et n’oubliez pas que nous sommes indépendants et que nous pouvons nous amuser seuls dans le jardin, en grimpant aux arbres, en nous cachant dans les buissons ou en bondissant sur les mouches ou sur la souris malavisée qui oserait s’aventurer sur notre territoire !

5. Interprétez les signes !

Les humains devraient étudier le langage corporel des chats pour comprendre nos pensées. Je sais bien que nous donnons peu d’indices, mais observer la façon dont nos oreilles sont positionnées peut vous être d’une grande aide :

  • Si mes oreilles sont tournées vers l’avant et que mes moustaches sont relâchées, je suis détendu !
  • Si mes oreilles sont rabattues et tournées dans différentes directions, que mes moustaches sont tournées vers l’arrière et que mes yeux sont grands ouverts, je suis stressé !
  • Si une de mes oreilles est tournée vers le côté et l’autre vers l’avant, que je fais les grands yeux et que mes moustaches sont dirigées vers l’avant, je suis inquiet !

apprenez le langage corporel des chats pour mieux les comprendre et bien vivre avec eux

6. Je n’ai pas toujours été indépendant !

Lorsque j’étais un chaton, je n’étais pas aussi indépendant que je le suis aujourd’hui. Cependant, mes propriétaires ont bien pris soin de moi et j’ai pu rencontrer beaucoup d’autres personnes avec lesquelles j’ai apprécié passer du temps. Je sais aussi qu’ils veillent toujours à ce que je ne manque pas de nourriture et d’eau et qu’ils s’occupent de moi du mieux qu’ils peuvent : mon panier est douillet, ma litière ne se trouve plus à côté de la machine à laver et j’ai un griffoir parfait pour faire un peu d’exercice et prendre soin de mes griffes.

J’ai remarqué que mes propriétaires utilisaient quelque chose de particulier dans la pièce où je passe le plus de temps, quelque chose qui me détend et m’aide à me sentir bien. Ça s’appelle FELIWAY Optimum, j’espère qu’ils n’oublieront pas d’acheter la recharge, même ma sœur semble plus tranquille que d’habitude… C’est MIAOUGNIFIQUE !

 

Commenter

Vous souhaitez vous inscrire à notre blog ?